Tu bois trop

Combien de fois par semaine est ce que je l’ai entendu ?

A quel point les gens se sentent important au point de nous dire LEUR OPINION sur NOTRE VIE ?

En quoi le nombre de litre de vin que je peux caller en une semaine vous regarde ?

En quoi je serais plus heureuse si j’arretai?

C’est pas parce que ma vie est remplise de mauvaises decisions du à l’alcool ou parce que j’aime trop ça pas être ajeun que t’a l’droit de venir me dire quoi faire ? Right ?

J’dis ça dmeme la. Mais jtau courant que l’alcool fait engraisser. Que les hangover spas nice, que jme souviens pas de la moitié de mes soirées pis que j’ai passer beaucoup de temps à les regretter. Oui jt’au courant que spas ça la “vrai vie”. Sauf que ma vie je l’aime bien comme ça.

J’ai essayer d’être ajeun…ça la durer 11jours. Pis après j’étais tanné. Tanné du monde, épuisée de la société. Tanné d’avoir à faire semblant d’aimer du monde que j’aime pas finalement

Advertisements

Enfin, c’est fini, on peut passer à autres choses maintenant.

C’est bon. Tu m’fais pu rien maintenant. J’ai pu envie de m’obstiner sur le pourquoi du comment. J’ai pu envie d’avoir à te prouver quoi que ce soit ou dme fendre en 4 pour te voir sourire. Ça mfais pu rien que tu m’dise que j’ai d’l’air de toutes les autres. Pis jmen criss pas mal de ske tu pense. Tu peux continuer d’m’ecrire tant que tu veux le pourquoi du comment que personne m’aimera jamais autant que tu la fais. Jmen criss. 

Jmen criss tellement. Jmen criss parce que hier, jsuis sortis prendre une biere avec karl, pis yavais personne pour me texter aux 30secondes pis mdire que j’allai encore me saouler pis mfaire cruiser par tout lmonde. Pis oui je l’ai payé moi même ma bière. Jmen criss parce que j’avais envie dme maquiller pis je l’ai fais. Pis y’avais personne pour me dire que ces donc bizarre que jme maquille pour aller prendre une bière avec mon ami un mardi. Jmen criss parce que j’avais pas besoin de penser a quel point tu serais fâché quand j’allai rentrer. 

Y’avais personne pour me traite d’immature lundi quand j’ai transformé mon lit en cabane pis que j’y ai mis des lumieres de noel. Personne pour me dire que j’avais donc pas d’allure. 

Fred yer venu prendre un cafe dimanche. Pis dimanche passe aussi. Pis stai lfun. Stai lfun aussi de pas avoir a texpliquer le pourquoi du comment que j’avais pas ltemps de te texter. Pis d’expliquer pourquoi j’aimais mieux jaser avec mon ami a la place. 

Pis en plus, jsuis sortie samedi. Adam yer venu mchercher pis on est sortis a mtl avec mes amis de cegep. Pis encore une fois j’étais vraiment saoule. Pis ya eu personne pour me le reprocher. Personne pour me faire la moral. Juste des amis tellement nice qui m’ont ramenné chez moi. En vie. Pis non y m’ont pas violé. Y l’ont jamais fait même. Parce qu’ils sont nice mes amis. 

Si une fois, une seule fois t’avais accepté que des amies filles jen ai 2. Que les filles pis moi on s’entend pas bien. Que non mes amis garçons pensent pas à mvoir nue. Que oui ça speux que mes amis soient nice pour vrai. 

Si une fois, juste une fois t’avais accepté de pas boire comme je te l’ai demandé. Si juste une fois tu m’avais fais confiance. Si cette fois la t’aurai voulu les voirs mes amis. Surement qu’on en serait pas la. 

Peut être que tout aurai été different. Que adam me l’aurai dis avant que t’etais juste un criss de manipulateur. Que tu voulai m’changer. Que mes idees pis mes passions etait pas assez parfaite pour toi. Peut etre que j’aurai pu comprendre avant que tu m’aimais pas dans lfond. T’aimai la personne que t’avais envie que jsois. Sauf que cette fille là, c’était pas moi. Cette fille la stai juste quelqu’un de créé par toi, pour te faire plaisir a toi. 
Sauf qu’aujourd’hui jmen criss de tfaire plaisir ou non. Jmen criss de tes paroles blessante, de tout ce que tu pourrai mdire.jmen criss. Ca mfait pu rien comme ça l’aurai jamais du mfaire de quoi. 

J’ai essayé de te détesté, toi. Tes mensonges. Tes manipulations. Ton égoisme. Sauf que jpas capable de t’ahir. Jpas capable d’être assez brillante pour me dire que tes lpire des caves. Le pire des trou du cul dla terre. Le pire des manipulateur. Je te detesterai jamais. 

Sauf que tu mfais pu rien. Pis c’est drole sauf que jme suis jamais senti autant bien. 

Ah pis j’ai rencontrer un garçon aussi. Y l’aime bin ma cabane lui. Pis y veux en boire avec moi des chocolats chaud pas d’alcool.Pis en passer des soirée ajeuns. Jpense qu’il la vue dans mes yeux. Que j’étais pas une mauvaise personne. Ni pleines de mauvaises intentions. Que mon immaturité l’fait rire. Pis oui on va jouer à touche pipi. Pis y mtraitera pas de salope lui. 

Parce que dans lfond ces tout ske jvoulai. Te prouver que j’étais pas une salope. Mais j’avais rien à prouver parce que toi, quand on s’est rencontrer t’avais déjà décidée que j’en etait une pis que tu pouvais controler ma vie. 

Pis maintenant jmen criss. Jmen criss tellement. Ça fait du bien de sourire sans avoir a expliquer pourquoi je souris.

Cette histoire que je ne raconterai jamais de vive voix.

T’étais donc beau, charmeur pis en plus tu avais le plus nice des emplois. J’aimais ça quand tu m’en parlais, jte trouvais dont nice de faire tout ça pour les vieux. T’étais nice, un peu trop vieux mais jmen foutai, j’étais perdu. J’avais besoin d’amour. 

Y’a eu le cinéparc, j’étais saoule avant même d’arriver pis c’est ça. J’avais oublie ma culotte, je l’avais “chercher” parce que ça t’existai trop, pis j’avais envie de toi. Tes jamais v’nu fek on s’est repris. 

Cette fois la j’en avait moins envie. 

Jsuis arrivé chez ton ami à environ 1h30 de route de chez moi, dans son condos tellement nice que tu gardais. On s’est allumé un join pis c’est ça, je te trouvais donc beau. Donc nice quand ta pris 30mins a me faire plaisir dans la douche. Tu m’a offert une gorge de je sais pas quel alcool, tu voulai qu’on boit pis moi non. 

J’avais pas envie d’etre saoule, jetais tanne d’être saoule. Jvoulai que tu m’aime. 

Pis tu m’a raconter a quel point tu étais accro au sexe. Pis la jai commencer a comprendre. Y’etais tard, jvoulai dormir. Toi non. 

”  spas vrai que tu va m’faire ça deux fois, c’est donnant donnant les orgasmes.” 

J’en avais pas envie. Jme suis virer de bord, totalement habiller, tu t’es mis a me zigner comme un chien zigne une peluche. Ta tasser mes jambes pis ta mis ton penis entre en faisant des vas et viens. Pis moi jai fais semblant de dormir en pleurant. 

Le matin t’en avais encore envie, moi jvoulai disparaitre. Je me sentais sale, degoutante. Une fois encore je m’etais pas écouté. Je tai dis que cetait du viol. Pis ta ris, ta dis que cetait juste normal de vouloir te vider apres ce que tu m’avais fais pis qu’avoir su tu m’aurai jamais invité. 

Tu m’a reecris 1 ou 2 fois, j’ai ete clair jvoulai rien savoir.

Pis ta eu le culot de me reecrire 1 an plus tard. Je tai rapeller que cetait limite du viol pis que jvoulai pu jamais te voir de ma vie. Pis que j’avais un chum. Lui y m’a pas cru.

 Franchement florence, tes tellement agace quand tes saoule, ta certainement pas dis non.   

J’avais juste a porter des culottes la premiere fois. 

J’avais juste a pas aller aussi loin.

J’avais juste a pas tfaire confiance. 

J’avais juste a partir. 

Sauf que jsuis rester, j’étais figer pis j’avais peur.

Peut être que si on m’avait appris a donner moins d’importance à la beauté, peut être que si on m’avait appris a quel point les gens pouvaient être pret à tout pour avoir ce qu’ils veulent. Peut être que si j’avais eu plus de confiance en moi. Peut être que j’aurai du donner moins dimportance aux gens qui me trouvai dont belle et un peu plus a ceux qui me trouvai dont interessante et remplise d’espoir. Surement qu’il ne saurai rien passer, que j’aurai continuer d’etre une femme forte, surement que j’aurai reagis autrement. 

Sauf que aujourd’hui, je ne te pardonnerai jamais.

#moiaussi

Lettre à maman. 

Quand j’étais plus jeune, c’est grand-maman qui m’a appris qu’il fallai être gentil avec les gens pis qu’il fallai pardonner. Y’a eu papa aussi, papa a jamais été rancunier pis ces pour ça que je l’admirai tant. 

Pis y’avais toi. Tu pouvai nous apeller a toutes les heures, tu pouvais passer des mois, des années sans nous adresser la parole pis moi, bin je continuai de t’apeller maman.  

Je sais pas pourquoi d’ailleurs. C’etait juste comme ça, tu nous a sorti de tes entrailles alors tu étais notre maman. Pis ça, bin ya personne qui pouvais le changer. J’ai apeller zabi maman quelques fois, mais c’etait pas pareille, je le sentai pas, c’etait weird. Même si c’est elle qui nous elevai comme si on etait ses enfants. Mais rassure toi, j’ai jamais manque de rien. Sauf toi.

Quand on me demandais t’étais ou, je repondais que tetais pas la. Que tu voyagais, que ta vie a toi elle devait être nice. Tu faisais tout ce que tavais envie, quand tu en avais envie et comme tu le voulai.

J’aimais donc ça pouvoir dire aux gens que ma maman c’était la plus belle.  Probablement parce que c’est la seule chose que les gens disaient en bien de toi; ta beautée légendaire, tes long cheveux friser et ton sourire indétrônable. 

Puis ya eu les dernières années, les années de vérité qu’on pourrai dire. Celles où j’essayais de t’avoir pres de moi, les appels à tout les heures, mes plaintes au système de santé, le gardien de sécurité de l’hôpital qui me donnai les formulaires de plaintes dès que j’arrivai juste parce qu’il savait. Les bêtises que tu m’a dis parce que je prennai trop la place de Louise comme tu disais.

Je suis désolée. Je voulai tant t’avoir près de moi. Pis j’ai été égoïste parce que je pensais pas pouvoir te faire de la peine. Dans ma tête je voulai juste te sauver pour que cette journée arrive jamais.

J’ai été égoïste parce que j’ai attendu toute ma vie de t’avoir près de moi. J’étais si prete de mon but et tant aveugler par ma colère envers tout ce système que j’ai abandonné. Je t’ai abandonnée. 

Les gens disent que tu peux juste aller mieux. Que c’est pas ma faute pis que tu m’aurai jamais écouté. 

Sauf que moi, j’ai passer mes moments mes plus sombres à t’écrire des lettres, les envoyer à la poste sans timbre pis adresse. À supplier dieu de nous laisser en paix. Je te voulai en santée. J’imagine que c’est normal pour une enfant. Mais rendu à 22ans, ça fait longtemps que les gens me disent d’ouvrir mes yeux, sauf que moi, j’y croyai pour vrai que l’amour est plus fort que n’importe quel maladie.

Je suis désolé de ne pas avoir été capable d’accepter tout ça. Ils me disaient de faire mon deuil pis dans ma tête jy serais jamais arrivé parce que je savais que je reussirai a te faire vivre une belle vie. J’y croyais. J’y croyais tellement fort. Je suis désolé de m’être interposer. Je voulai tellement. 

Pis la t’es partie. Pour toujours. Tu me rapellera pas l’an prochain. Plus jamais tu m’apellera ta jolie fleur. Plus jamais tu pourra essayer de me convaincre de changer de nom. Plus jamais je n’aurai d’appel a toute heure juste parce que ta lgout de jaser. 

J’ai beau essayer de croire tout lmonde. D’assumer que ta vie peut juste être plus belle. Que tu ne méritais pas toute cette souffrance pis que t’es enfin libéré. Mais jai dla peine. Ya un trou dans mon coeur. Jsuis égoïste parce que je continue de penser qu’on aurai pu être bien ensemble. Qu’on aurai trouvé une solution à tout ça. Qu’un jour j’aurai pu retrouver ma maman à moi.

Tu étais la base de tout mes rêves. Pis aujourd’hui j’ai pu rien. J’ai pu envie de rien. Pu envie de me battre pour un monde meilleur. J’aimerai ça y croire encore. Te dire que je vais être forte pour toi, pour vous deux.  Mais vous êtes pu la pis moi jai pu envie de faire des efforts pour une vie qui se force pas. Je suis désolée de tant te décevoir. 

Je t’aimerai toujours et même avec toutes les femmes de ma vie qui on essayer de prendre ta place. Malgré absolument tout, j’aurai jamais espéré avoir une autre maman que toi. Tu étais parfaite dans ton imperfection et quand les gens me demanderons de parler de toi, je ferai comme j’ai toujours fais et décrirai ta beauté légendaire. 

Même date, 1 an de différence. 

Ça fait que maman est morte. 

Pas morte comme dans elle est en vie mais jai pas envie de t’expliquer quelle est skizo fek ma te dire qu’elle est morte.

Non, elle est morte genre pu de respirations, pu de sourire, pu de rire, pu rien.  Pas de futur ou elle ira bien, ou les voix dans sa tête vont finir par être pas si pire. Non. Pu de chicane, pu de je t’aime. Pu de peur de me faire apeller pour apprendre qu’elle est morte. Les mois sans nouvelles et les angoisses. Fini. Pu rien. Les espoirs, les pleurs, les bonheurs. Jamais. Pu jamais.

J’ai l’gout de crever moi aussi. Jtaner que tout lmonde meurt. Jai pu envie d’aimer. Pu jamais. J’ai même pas envie de faire semblant que ça va bien aller parce que là, la vie elle abuse solide. 

Je la deteste la vie. 

Je la deteste que tu sois partie. 

Je la deteste pour tout ce qu’elle nous fait. 

Je la deteste.

Pis t’aura beau mdire que ça va finir un jour, que ça va bien aller. J’y crois pas j’y crois pu l’humain est trop con. L’humain est con pis ya détruit tout ce qui avait de beau. 

Fek faites nous donc exploser que ça se finisse enfin cette connerie la.

Maman, excuses moi

Maman, 

Il y a 10 ans je me serais battu pour dire que ce n’est pas de ta faute. Sauf que aujourd’hui c’est différent. Sache  Je ne t’en veux plus, j’ai simplement pu d’émotions face à tout ça. Je sais que c’est pas totalement de ta faute. Je sais que c’est dans ta tête que ça se passe. Sauf que je sais aussi que ta jamais voulu t’aider. 

Je me suis souviens de toi comme une belle femme, papa le dirai surement encore que tu étais la plus belle. La plus belle, la plus fine et surtout la plus calme. Sauf que ça je m’en souviens pas. 

Je me souviens de ton appel un 11 novembre pour mon anniversaire et de devoir toute convaincre que j’étais né le 15 août. Je me souviens d’avoir attendu papa plus de 2h car tu étais trop malade pour nous faire rentrer.  Je me souviens de grandmaman qui essayais de te faire entendre raison. De tes appels à toutes heures du jour et de la nuit. De tes conversations sans but.  Des fois où tu voulais m’appeler pour me dire quoi faire, de la fois ou tu m’a traite de grosse ou encore de la fois  où la seule chose que t’avais à boire pour nous c’était de la poppers pis que j’avais 12ans. 

J’ai essayer, je me suis dis que si je taiderai que ma vie pourrai être parfaite. Grandmaman m’avait avertie que t’en voulais pas d’aide mais je me disais que de la bouche de ta fille ça l’aiderait.  “Mais Florence maman est pas malade” ça c’est ce que tu m’a répondu…

Quand j’ai annoncé à tout le monde que je voulais te sortir de tout ça,  tout lmonde m’a dis de pas le faire. Sauf que comme grandmaman dirai, je retiens de toi pis c’est ben rare que j’écoute le monde. Pis dans lfond jvoulai juste te sauver un peu

Des fois genre souvent je me dis que ça pourrait aller mieux, que tu va m’appeler et prendre soins de toi pour vrai. Je me dis qu’on aura peut etre une belle relation pis qui est pas trop tard. Je me dis que quand je vais ouvrir ma résidence pour vieux en démence que tu va peut etre comprendre pis accepter de te faire soigner. Sauf que j’ai compris que je pourrai pas te forcer. J’ai beau avoir les meilleurs intentions du monde, tu veux pas.

Y a ceux qui me regarde pas te répondre au téléphone pis qui comprennent pas 《mais voyons donc ça reste ta mère 》pis ça me donne le goût de leur cracher dans face et dleur répondre que ta beau être  ma mère ce que tu dis fais pas de sens pis ça me brise le coeur. Sauf que ça y a personne qui le comprends.

Alors aujourd’hui je te le demande, ne m’en veux pas. Nous m’en veux pas de ne pas te répondre,  de ne pas t’appeller toutes les semaines. Ne m’en veux pas de ne pas te raconter tout ce qui ce passe dans ma vie. Ne m’en veux pas de ne pas te demander ton avis. Parce que j’ai essayer. 

J’ai vraiment essayer, j’ai tout fais et je m’en suis rendu malade. Aujourd’hui je n’en veux plus à la vie, aujourd’hui j’ai appris à l’accepter,  j’ai appris à comprendre que lorsque tu seras prête tu me fera signe. J’ai compris que je ne pouvais rien y faire. J’ai compris que la vie est ainsi faites.

 Je te dis pas que j’ai pas de peine sauf que je peux rien y faire, tu veux pas et moi je suis tannée de me battre pour toi. C’est pas Comme si j’avais besoin de toi anyway ta jamais été la.

Maman je m’excuse, je dois penser à moi, je dois avancer et profiter de la vie. Maman je t’aime, je t’aime même si je le dis pas. Même si souvent je suis fâché, même si tu m’appelles à 3h du matin. Sache que je t’aime et que je ne t’en veux pas. Pardonnes moi d’avoir abandonné un peu sauf que sauver quelqu’un quand t’es déjà dans la fond du trou c’est bin dur pis jcommence à être pas mal tanné de couler.

29 Septembre 2016, j’imagine que c’était une journée parfaite pour mourir. y faisait beau.

<< Dans ta vie tu vivra des grandes joies ainsi que des grandes peines, je te rassure, tu aura toujours des joies à la hauteur de tes peines et des peines à la hauteur de tes joies, même si elles sont énorme. >>

Aujourd’hui je me surprends à espérer pouvoir retourner en arrière et avoir moins de joies avec toi juste pour que ma peine soit moins grande. C’est égoïste de ma pars, je sais, mais ça parais que c’est pas toi qui dois apprendre à vivre sans moi. Je sais que tu l’a déjà fais, apprendre à vivre avec la mort de tes enfants. Je sais qu’il aurai pas fallu que je parte avant toi. Mais, ça fait tellement mal que j’arrive même pu à pleurer. Je me sens juste vide, mon corps est vide, mon âme à plus envie de rire et de persévérer.

J’aimerai ça t’dire que ça va bien et que j’men sors pas trop mal depuis que tes partie sauf que je te mentirai. J’ai envie de te jaser, j’ai envie que tu m’aide, j’ai envie de m’enfuir, j’ai envie de disparaître. J’ai besoin de toi. Je suis pas prête, j’étais pas prête et je le serais jamais.

Je t’en veux pas d’être morte, je t’en veux simplement de pas m’avoir appris à vivre sans toi.  Je suis trop jeune encore, tu m’avais promis pleins d’autres années, tu m’avais promis des voyages, des beuveries, de l’amour. Sauf qu’un matin tu m’a regarder et tu m’a dis; << Je crois que je suis au bout du rouleau, je suis tannée, j’ai envie qu’on arrête ça, je préfère mourir.>> Tes chanceuse, il faisait beau, c’était une belle journée pour mourir, t’a même pas  eu le temps de voir les nuages gris, t’es partie avant qu’ils arrivent. J’ai écouté tes demandes, je ne t’en veux pas, je n’aurai pas essayé de rester en vie moi non plus.  Sauf que aujourd’hui jmennuie, j’ai l’coeur en compote pis j’ai envie de t’en parler, j’ai envie que tu me fasse rire et que tu me rappel que je suis une femme forte parce que ces temps-ci je l’ai pas mal oublié je te dirai.

 

La fois où les autres voulaient décider pour moi

J’ai toujours dit que je serai capable, j’ai toujours essayée de tout faire moi même. Pis j’ai jamais acceptée la défaite. C’est comme si échouer était impossible. Parce que les gens ont jamais eu confiance ça fait que moi pis ma tête de cochon on était deux against the world. Quand dans l’fond on aurai du être with the world.

J’ai jamais accepté d’avoir de l’aide parce que dans l’fond on ma toujours appris à me débrouiller toute seule. Ça fait que non, j’en voulai pas de ton aide, ni hier, ni aujourd’hui et encore moins demain. J’ai essayée de faire accroire que j’étais assez stable pour tout faire et tout gérer toute seule. Pis y’a personne qui m’a cru, parce que tsé à 21 ans c’est rare que tu peux tout gérer.  J’ai mangé une méchante claque en pleine face à ce moment la. Stai comme si du jour au lendemain  j’étais tombé en maladie pis que à partir de la pu personne me faisais confiance. Comme si j’avais pu le droit  de rien décider toute seule, alors que dans l’fond jvoulai juste m’occuper de mes affaires et arrêter d’avoir à penser à tout l’monde en permanence.

C’est normal que je sois tombé en dépression à force de me faire dire que je l’étais.  Pis allez tous chier ceux qui se sont pris pour des médecins. J’étais bien, moi pis mon coeur perforé à coup d’machette. Ça m’tentai juste pu de régler les problèmes qui étaient même pas les miens pis de voir les miens augmenter parce que je les ai trop longtemps délaissé.

Ça fait que j’ai abandonnée tout l’monde. J’voulai être seule avec moi même. Prendre mes décisions sans me faire questionner sur ma santé pis mon avenir. Je sais pas si c’est moi qui n’est pas faites pour la société ou quoi que ce soit mais ça me tente pas d’avoir à penser à mon futur. Jcomprends que la vie avance vite mais, sérieusement ?

On va être vieux un jour, on va rien faire dans une maison de retraite pis un jour on va finir abandonné. C’est lorsque l’on commence à ne rien faire que notre cerveaux se dégrade le plus. Il est possible de vivre jusqu’à 100 ans de nos jours, je vois pas pourquoi à 20 ans je devrait déjà avoir décidée de quel manière je viverai mes 80 prochaines années. Je ne suis vraiment pas pressée. J’ai envie d’apprendre,  j’ai envie de découvrir, je veux voir plusieurs facette de la vie, je veux être certaine d’avoir pris les bonnes décisions. Je veux faire des choses biens, des choses mal. Je veux passer par les chemins boisé mal tracé. Je veux être vivante pour vrai pis c’est pas en écoutant tout le monde que ça risque d’arriver. Ça fait que non, j’m’excuse même pas je ne dois rien à personne, c’est ma vie.